[ Critique Ciné ]
Jacky au Royaume des filles

C'est assez rare que je fasse des articles sur des films, pourtant j'en vois à la pelle. Je vous avais parlé de Cloud Atlas et des Misérables je crois. Bref, je reviens aujourd'hui avec Jacky au Royaume des filles. Les gens qui me connaissent savent que je suis une fan inconditionnelle des Beaux Gosses, le premier film de Riad Sattouf. A tel point que la plupart des répliques du film je les ai intégré dans mon langage courant et que je sors sans même m'en rendre compte des " Pas mal pieds " et autre style de roulage de pelle. Du coup forcément quand j'ai su que Riad Sattouf sortait un deuxième film, mélange de Pascal Brutal, Cendrillon, avec un univers absurde mais pas tant que ça, j'en trépignais d'impatience sur mon siège. 



En république démocratique et populaire de Bubunne, t'as plutôt intérêt à manger ta bouillie. De toute façon, y'a que ça ... Admirez la femme au centre, c'est qui qui porte le cullotin dans le foyer ? Non mais. 



L'homme étant rennais, on a eu la chance d'avoir le film en avant-première au Gaumont, et en sa présence : que demande le peuple ? Le pitch est simple, mais je résume mal alors je vous mets ce que j'ai trouvé sur Allo ciné : En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s’occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d’organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper...

Les célibataires envoient leurs prières au Chevalin Sacré afin d'être choisi par la Colonelle au bal de la Grande Bubunnerie. Tout un programme ! 

J'étais vraiment ravie de retrouver Vincent Lacoste et Anthony Sonigo. Au casting on retrouve aussi Anemone, Didier Bourdon, Charlotte Gainsbourg, Noémie Lvovsky, Valérie Bonneton et Michel Hazanavicius. Rien que ça. Le film a été tourné en Géorgie dans un village authentique d'anciennes maisons communistes. Je peux vous dire que ça dépayse sévère ! 

La colonelle au Bal de la Grande Bubunnerie. Trop de laissons face à elle, il va falloir choisir !

Juste avant que le film commence, ma copine Juju me confiait " j'espère qu'il y aura pas trop de scènes de masturbation ". Bingo, le film s'ouvre juste là dessus. En fait c'est une alternance de scène potaches et de scènes plus graves. Je n'ai pas envie de vous spoiler mais il y a plusieurs moments où beaucoup on rit, et moi sur mon siège je me sentais trop mal à l'aise. Je me disais " mais, c'est pas drôle, c'est même grave, ça arrive tous les jours alors pourquoi tout le monde rigole ? ". Je pense que le fait que ce soit des garçons dans le rôle de maîtres de maisons, beaucoup on vu ça comme une caricature et ont trouvé ça drôle, au lieu de se dire que ça arrivais à beaucoup de personnes, hommes et femmes, et que ce n'était pas un sujet à plaisanteries. 


Dans l'ensemble j'ai trouvé que c'était un très bon film, une vraie bouffée de fraîcheur, et qui permettais de nous faire réfléchir sur des problématiques comme le sexisme, le patriarcat, mais aussi l'homosexualité ou encore la place de la religion et des dogmes dans la société. J'avais vraiment peur qu'après Les Beaux Gosses et les fou-rires qui aillaient avec, ce deuxième essai cinématographique retombe comme un soufflé et me laisse un goût amer, mais pas du tout ! Je pense que l'on a été, tous dans la salle, conquis par ce film porté par de bons acteurs et avec juste la touche de subversion qu'il suffisait. 

Chevalin câlin, chevalin coquin ... Oui oui c'est bien une brosse pour le crin de cheval qu'il utilise. 

Le point négatif c'est les affiches, les visuels du film. Je sais pas qui c'est le master photoshop qui s'en est occupé mais c'est pas tip top. Clairement moi l'affiche vue comme ça elle me donne pas envie, et c'est vraiment dommage ...

En résumé je ne peux que vous conseiller d'aller voir cet ovni cool et barré qu'est Jacky au Royaume des Filles. Il sort le 29 janvier et vous passeriez à côté d'une bonne tranche de marrade et d'une occasion de se poser les bonnes questions face à notre société qui a encore beaucoup de progrès à faire sur pas mal de sujets ;) 

5 commentaires

  1. Quand j'ai vu la bande annonce j'ai eu un peu peur du film, je ne suis pas encore allée le voir et je ne connais pas le premier film dont t parles, mais la vision décalée doit franchement valoir le coup. Du peu que la bande annonce laisse paraître sur le réel fond du film, la critique à l'égard de la société actuelle est assez sévère. Même si c'est fait sur le ton de la rigolade!

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'as donné envie de le voir pourtant le film ne me tentait pas du tout, la faute aux affiches complétements loupées (tu as bien raison sur ce point, elles sont hideuses !)
    Biz Jeny

    www.jenychooz.lautre.net

    RépondreSupprimer
  3. Coucou,
    Et bien, je regarderai d'abord les beaux gosses! Oui, je sais, j'ai un peu de retard :).
    Sinon, pour te dire que je t'avais taggué http://capillairementfreaky.wordpress.com/2014/01/25/liebster-award/, si tu as la foi!^^

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vu la bande-annonce pas plus tard qu'hier, et ça m'a laissée assez dubitative. Comme toi, j'avais adoré Les Beaux Gosses, qui est pour moi le meilleur film comique des années 2000. Les affiches sont en effet incompréhensibles, et le message est complètement brouillé : je vais sans doute me laisser tenter, parce que j'ai lu ton avis positif. Mais si tu n'avais pas écrit dessus, il y a fort à parier que je n'aurai même pas envisagé d'aller le voir. Merci pour ce billet ciné !
    Bises, à bientôt. Alexandra.

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot, j'y répondrais avec plaisir dès que je trouverais un petit bout de temps :)